Constellations familiales à Paris animées par Yann Yves Mallet 

                                       formé par Hellinger France,et Bert et Sophie Hellinger(Hellingerschule)
                                                  
   
                                                                    Soirées,après-midi,journées entières
caducée constellations familiales Paris conférence congrès société française sophrologie 2008Constellations familiales et pathologie psychosociale(conférence donnée en 2008 dans la cadre du congrès de la SFS)
 
Il suffit de regarder les rues de Paris pour reconnaître qu’il y a de plus en plus d’exclus dans notre société.

Il est facile de mettre la responsabilité sur notre société de consommation qui exploite les individus sans respect pour leur personne.
Face à un tel état des lieux, je me suis senti très démuni avec la phénoménologie et sophrologie caycedienne et son  principe d’action positive et je me suis orienté vers la psychanalyse qui me paraissait prendre en compte la réalité de la souffrance de mes patients :techniques du corps et séances  d’interprétations me semblaient se complémenter harmonieusement pour revenir sur l’histoire douloureuse de ses patients qui étaient des proies faciles pour les nombreux prédateurs  de notre monde moderne ;

Malheureusement pour les plus maltraités, revenir inlassablement sur leur histoire finissait par les enfermer dans une victimisation ou finalement ils rendaient responsable soit leurs parents soit la société de leur échecs sentimentaux ou de leur exclusions sociales.
Je me suis tourné alors vers les constellations familiales de Hellinger qui m’ont apprise que j’avais oublié des règles fondamentales en psychothérapie :

A) on ne traite jamais une personne mais un système familial même quand on travaille en individuel ;Il faut préciser rapidement sa place au patient car beaucoup de pathologie psychosociale s’origine dans la fait que le patient a essayé de guérir ses parents ou de payer pour un aïeul ;le faire abandonner ce fantasme de toute puissance infantile n’est une mince affaire mais absolument nécessaire pour qu’il prenne en main sa vie. »ici, je suis le(a) petit(e) , tu es le(a) grand(e) »A dire face à une photo de ses parents en méditation et écouter l’effet dans le corps.

B) Il ne faut jamais oublier l’ensemble du système d’où est issu le patient pour être efficace dans de nombreux cas ;Si le patient bouge, le système familial est obligé de se situer face à ce changement et inversement si le système familial ne peut ou ne veut pas bouger, le patient aura beaucoup de mal à évoluer.
En tant que thérapeute ,j’essaie donc de garder toute la famille dans mon champ psychique, particulièrement ceux qui ont été exclus car une grosse partie des troubles de mon patient s’origine à cette exclusion.

C) le patient est guéri et indépendant quand il a réussi à rétablir le lien d’amour avec ses parents ; les psy disent qu’ils s’agit de restaurer les imagos parentales .

D) Dans un système familial, chacun a droit à sa place quelque soit son comportement ou les actes répréhensible qu’il a commis ;si d’aventure une famille exclut un de ses membres pour une raison (morale en général),le système se débrouillera pour en rappeler la mémoire chez les descendants :
Par exemple un enfant aura le même comportement que cet ancêtre oublié.
 
 
Comme pour beaucoup de sujet en psychothérapie, le travail commence d’abord par soi-même :c’est la raison pour laquelle je vous ai proposé ce petit travail personnel méditatif pratique en introduction :quel est l’élément de notre famille que nous avons exclus ou que nous voulons exclure, est la première question à nous poser ;

Par expérience, je sais que chez les praticiens de relation d’aide que le problème principal se situe dans la relation aux parents : souvent, nous nous estimons meilleurs parents que nos parents et donc supérieurs à eux ;c’est ce qui nous donnent la prétention de nous pouvoir nous occuper des autres ;
Pour Hellinger ,tous les parents sont bons et tous les enfants sont bons ;chaque acte ( même le plus répréhensible) est fait au nom de l’amour, un amour aveugle ou inconscient qui peut, par exemple , pousser une fille à se donner à son père parce que sa mère n’est pas disponible à son mari ;Ce n’est évidemment pas la bonne solution(car il y a transgression de la règle transgénérationnelle  qui veut que chaque génération reste à sa place)mais cela est fait par amour pour que le système familial survive et reste en équilibre.

Un enfant peut donner sa vie à la place de celle d’un parent suicidaire ou malade : » Plutôt moi que toi » dit-il par amour à son parent en espérant ainsi sauver la vie de son père ou sa mère ;
http://www.constellations-familiales-paris.com/journee-constellations-familiales-parents-enfantsle-lundi-10-septembre-2012-.php
 
J’essaie d’adopter le positionnement psychique en tant que thérapeute qui me pousse à considérer tout acte ( même le plus terrible) comme un acte d’amour ;cela a le gros avantage de me faire oublier le jugement de situations dont finalement je connais ni les tenants ni les aboutissants ;et de ne pas participer à l’exclusion du méchant mais au contraire d’essayer de le garder dans mon cœur pendant le travail .

Cette position psychique est difficile à tenir car ce n’est pas ce que nous demande le patient (il cherche à nous convaincre que ses parents sont responsables de son malaise car il croit que cela va le soulager de se convaincre que ses parents étaient des salauds) et ce n’est pas ce que on nous appris dans la plupart de nos écoles qui cherche à trouver un responsable au trouble du patient(mère défaillante ou père absent ou enfant pervers polymorphe ).

Même si le point de vue de nos écoles et facultés a une certaine réalité phénoménologique, cela n’aidera en rien le patient sur le long terme, de se culpabiliser de ses pulsions ou de mettre la responsabilité de ses troubles sur ses parents car le lien affectif avec ses ancêtres sera durablement  coupé et toute l’énergie ancestrale de son arbre généalogique enkystée en amont.
Dans ma pratique ,la plupart des patients ayant des difficultés d’ordre social et ou affectif garde sur le fond une rancune acerbe vis-à-vis d’un ou des deux parents malgré de nombreuses années de thérapies multiples et variées.

Il est donc fondamental de renouer le lien d’amour  parental ; pour cela des méditations au tour de l’arbre des ancêtres peuvent être nécessaire car elles relativisent la responsabilité des parents et insistent plus sur la notion de destin familial ;des sophromnésies insistant sur le don immense des parents(en particulier de la mère) dans l’enfance replace l’enfant dans la dette immense qu’il ne peut rembourser  qu’en leur disant haut et fort un mot magique : »MERCI »,tout en s’inclinant devant eux et les ancêtres  avec respect.

Il s’agit finalement de revenir au principe d’action positive et de considérer la bouteille à moitié pleine plutôt qu’à moitié vide et de d’admettre que ce sont les failles de nos parents qui nous aident à grandir.C’est accepter l’humanité de nos parents et aïeux et sortir de la conception infantile de leur en vouloir de ne pas être des dieux:
Accepter la Vie telle qu'elle nous a été donnée pour rentrer dans le principe d'attraction positive du moment présent.
http://www.constellations-familiales-paris.com/augmenter-son-estime-de-soi-en-quelques-minutes.php
Pour certains peut être plus carencés ou maltraités que les autres, cela ne suffira pas et il est alors nécessaire de les faire participer à des groupes de constellations qui leur ouvriront d’  autres solutions que la rancœur et la haine de soi et de son clan.

Certains préféreront mourir de maladies  ou continuer à souffrir d’exclusion plutôt que de s’incliner devant leur ancêtres : c’est aussi à respecter car il existe des destins difficiles ou les intrications sont insolubles (il s’agit souvent de secrets de familles que le descendant n’a pas le droit de dévoiler).Cela nous confronte à notre impuissance de psychopraticien.

D’après Hellinger les ancêtres ne demandent qu’une seule chose : qu’on les respecte .Ils semblent nous dire : « qui es tu, toi ,petit , pour me juger, que sais tu de mon histoire et de mes conditions de vie pour dire ce qui est bien , ce qui est mal.Accepte nous tels que nous sommes et concentre toi plutôt sur cette élan de vie qui vient vers toi  à travers des générations depuis la nuit des temps et incline toi avec respect devant ce mystère qui fait que tu es en vie. »

Mais le chemin est long pour beaucoup d’entre nous avant d’en arriver à la bienveillance envers tous et envers soi tel un soleil qui brille autant sur les justes et les injustes.

Je n’oublie pas non plus que ,en temps que thérapeute, je suis arrivé le dernier dans le système ,loin derrière les parents et les enfants du patient ;je reste à ma place :je suis le plus petit dans l’arbre quelque soient les projections du patient ou de la famille.c’est ainsi que l’on peut gagner la bienveillance de tous ;en gardant tout le monde dans son cœur et restant le plus petit :explique Bert Hellinger.de plus si on dit une bêtise, cela n’aura pas trop de conséquence.

Tout l’art thérapeutique consiste à savoir se retirer dés que les liens familiaux se renouent ;et cela sera plus facile si on est resté petit.
Il faut aussi éviter de porter un diagnostic(en psychopathologie) car cela fige le patient et le système familial.
Cela en dit long sur la loi sur les psychothérapeutes, uniquement reconnus sur leur compétence en psychopathologie.Cela veut dire qu' ils seront tout simplement incapable de faire bouger un patient.

Personnellement  , j’essaie de garder en mémoire le phrase de Platon      :  «garde toi de tout jugement à l’encontre de ceux qui croisent ton chemin car pour chacun d’entre eux ,la route est difficile ».
 
Dr Mallet Yann-Yves .©puits.La souce n`a pas besoin de demander son chemin.Bert Hellinger;A la découverte Constellations familiales


                    " La source n'a pas besoin de demander son chemin."Bert Hellinger.









                                                         Malletyann@aol.com