Constellations familiales à Paris animées par Yann Yves Mallet 

                                       formé par Hellinger France,et Bert et Sophie Hellinger(Hellingerschule)
                                                  
   
                                                                    Soirées,après-midi,journées entières
                                                                                                 La mort selon Bert Hellinger
 
La mort arrive toujours au bon moment, soit parce qu’il n’y a pas de place pour nous en ce monde, soit que le temps qui nous était imparti est achevé parce que nous avons accompli la tâche qui était la nôtre, soit que, pour nous, le moment est arrivé de faire place à d’autres.
Ainsi donc, la mort nous ramène au principe originel d’où émerge la vie et où, par la suite, elle retombe.

Ce principe reste maintenu la vie durant. En lui, est établi ce qui, dans notre vie, est possible, ce qui arrive, ce qui disparaît et ce qui perdure. Par conséquent, celui qui retombe dans les origines ne perd rien, de même que celui qui vit plus longtemps n’a rien gagné de plus qu’un autre mort prématurément.
Celui qui garde ses racines plongées dans l’originel ne fait qu’un avec le commencement et la fin, tout comme il ne fait qu’un avec ceux qui ont été, ceux qui arrivent et ceux qui sont.
Le passé et le présent se concentrent dans sa vie, de même qu’ils reposent et demeurent concentrés dans le principe originel.

Comme commencement et fin, ce principe originel contraint ceux qui considèrent leur vie comme quelque chose d’unique, comme la plus précieuse des choses, à se souvenir de leurs limites.
C’est à cet endroit-là qu’il les conduit à travers la maladie et la mort.
Il les oblige à réfléchir à ce principe et à ce qui demeure.
Ainsi, la mort se présente à nous sans nous faire peur. Vivre et mourir sont alors une et même chose car, dans tous les deux, nous sommes en accord avec ce qui demeure de la même façon.

Vivre face à la mort consiste donc à vivre en faisant face aux adieux.
Mais, ces adieux ne constituent pas une perte. Ils anticipent la plénitude à venir. Ils rendent possible le futur. On pourrait même dire que, comme la mort, ils nous ramènent au commencement. Ici, tout est pareil.
Ces adieux réussissent quand nous fêtons le tout, la vie et la mort, naître et mourir, disparaître et durer comme un hymne.
 
Bert Hellinger(Traduction Bernard Munsch)



                                                                 La mort de la bien-aimée.

                                                    Il ne savait de la mort que ce que chacun sait:
                                                 qu'elle nous prend et nous pousse dans le silence.
                                                     Mais lorsqu'elle ne lui fut non pas arrachée,
                                                       non, mais comme détachée de ses yeux,

                                                       Et qu'elle glissa vers des ombres inconnues,
                                                                Et qu'il sentit que,là -bas,
                                                 comme une lune,elles avaient son sourire de fillette
                                                                            et ses manières:

                                                    Les morts lui devinrent alors tellement familiers,
                                                        Comme si, par elle,il était un proche parent
                                                           de chacun d'eux;il laissa les autres dire

                                                             et n'en crut rien, il nomma ce pays
                                                            le bien situé,l'éternellement agréable.
                                                              Et il l'arpenta pour ses pieds à elle.


                                                                Rainer Maria Rilke.(Trad.Bernard Munsch)

                                                                       "Seigneur,donne à chacun sa propre mort."  


   "Regarder la mort en face et l'accepter comme partie intégrante de la vie,c'est élargir sa vie."Etty Hillesum,gazée par les nazis à Auschwitz.




                                                  

 
  • Un grand ami des Hellinger,venu plusieurs fois dans ces séminaires,Fred.P.Donalson,fondateur du "Orignal Play"(le jeu de l'origine), nous explique qu"'il vaut mieux jouer et mourir, que vivre et ne pas jouer".
"Jouer avec les différents visages de Dieu, les animaux, les gangs, les autistes,toi , moi".Il montre dans cette video comment vivre sans peur, remplacer la peur par l'amour,et faire confiance.Il connait la solution pour la paix dans le monde:Elle vient du monde des enfants.



                                                                
  • Bert Hellinger croit à la théorie que Jesus ne serait pas mort sur la croix , mais au Cachemire à plus de 90 ans à la recherche des tribus primitives israelites.
                                                          
  • Documentaire en français sur le sujet:
?                                                           





  La vie et la mort .Quand deux Zoulous se rencontrent,lls se disent:"Je t’ai vu .Est-­ce que tu vis toujours?»."Oui, je suis encore là;Et toi?""Moi , aussi, je vis toujours."

                                                               "J'ai découvert que le simple fait de s'incliner a un effet incroyable."Hellinger.



Malletyann@aol.com